Les études le prouvent, les CEO écoutent plus leur tête que leur cœur

by Tomek Joos
Les études le prouvent, les CEO écoutent plus leur tête que leur cœur

Une étude américaine a démontré que les CEO et autres dirigeants ont des difficultés avec les émotions, alors que les compétences relationnelles sont de plus en plus demandées sur le lieu de travail pour compenser l’essor de l’automatisation et de la numérisation.

Une enquête menée auprès de plus de 400 CEO par Executive Search et l’agence de conseil Egon Zehnder démontre que les dirigeants d’entreprise ont essentiellement des problèmes avec l’aspect humain de leur travail. Les cadres participants, issus de différents secteurs et pays, ont entre autres été interrogés sur leur épanouissement personnel. 79 pour cent d’entre eux attribuent un rôle aussi important à leur développement personnel qu’à la transformation de l’entreprise, mais seulement la moitié prend effectivement le temps d’une introspection.

Intelligence émotionnelle

L’expression d’émotions, comme par exemple l’empathie, semble également constituer un obstacle pour beaucoup de CEO. 43 pour cent ne s’en estiment pas capables, dont 18 pour cent ne se sentent pas à l’aise à l’idée de le faire. Ce sont surtout les employés promus CEO depuis un autre poste au sein de l’entreprise qui ont de grandes incertitudes quant à l’aspect humain de la direction.

Non seulement ils ont des doutes quant à leur propre préparation, mais ils ne croient pas non plus qu’ils disposent des qualités suffisantes pour mettre en place une bonne équipe. À quel point les nouveaux CEO se sentent-ils préparés de manière générale ? Seulement 28 pour cent dans une entreprise internationale, contre 38 pour cent dans une entreprise nationale, disent se sentir parfaitement préparés. C’est principalement en matière de formation à la communication, de processus de travail et de relations avec le conseil d’administration que les nouveaux se sentent lésés.

Les recruteurs à la recherche d’un bon CEO pour leur entreprise sont particulièrement attentifs au vide séparant le QE du QI chez les dirigeants. Pour eux, plus encore que les compétences ou l’expérience, il est aujourd’hui important qu’un leader ose exprimer ses émotions et mise systématiquement sur la collaboration et la culture d’entreprise. Des caractéristiques telles que l’empathie et l’humilité sont d’une grande importance à cet égard. L’agressivité et l’ambition font agir les gens immédiatement mais, sur le long terme, il s’avère que ces stéréotypes ne prévalent plus sur les qualités humaines des dirigeants.

Et dans l’avenir ?

Aujourd’hui, les leaders doivent évoluer en même temps que le nouveau monde. Ils doivent se préoccuper davantage d’introspection, de leurs motivations et de leurs traits de caractère. Pour la prochaine génération de dirigeants d’entreprise, il ne s’agira plus seulement de trouver cette empathie chez les candidats, mais aussi de continuer à accompagner les CEO nouvellement embauchés dans leur développement personnel. Ils pourront ainsi, à leur tour, donner le bon exemple à leurs équipes.

Envie d’en savoir plus ?

Vous avez aussi, en tant que dirigeant, des incertitudes quant à vos compétences relationnelles ? Vous avez besoin de conseils concrets pour mieux entretenir votre culture d’entreprise ? La formation People Management vous permettra de développer rapidement et efficacement vos qualités relationnelles.

Également intéressant pour vous