Servant leadership, équipes autogérées : la nouvelle normalité ?

by Gude Verhaert
Servant leadership, équipes autogérées : la nouvelle normalité ?

2 nouvelles façons de diriger gagnent en popularité : se mettre au service de l’équipe dont on est le manager, ou la laisser prendre les rênes elle-même. Ces deux évolutions sont pleines de potentiel et, qui sait, peut-être pourraient-elles vous convenir ? Zoom sur leurs avantages.

Servant leadership

Un marché en rapide évolution, de nouvelles façons de travailler, davantage de défis … La solution à tout cela pourrait bien être un style de leadership plus global et plus collectif : le servant leadership, des dirigeants qui se placent au service des membres de leur équipe. Le bien‑être et la croissance d’autrui deviennent donc prioritaires. En tant que chef d’équipe, vous partagez le ‘pouvoir’. Votre objectif consiste à aider votre équipe à croître, se développer et assurer les meilleures prestations possible. Mais comment faire ?

Communiquer, communiquer, communiquer !

La plupart des membres d’une équipe veulent des certitudes et de la sécurité. Aussi, rassurer les membres de la vôtre quant au contenu de leur fonction, à l’organisation, aux projets d’avenir … est une étape importante pour éviter tout stress. Ce qui compte, c’est d’orienter votre équipe. Vous constaterez que ceci suscitera plus de soutien mutuel, de productivité et de créativité au sein de votre équipe. Laisser ses membres partager leurs idées est excellent pour l’esprit d’équipe. Votre équipe deviendra plus résiliente et saura faire face aux situations les plus difficiles.

Faites un plan

Préparez-vous aux potentielles difficultés. Pensez aux obstacles qui pourraient apparaître sur votre route lors d’un nouveau projet et à la façon dont vous pourriez les surmonter. Impliquez votre équipe et incitez-la à imaginer tous les scénarios possibles. Une préparation commune sera bénéfique pour votre équipe : si un plan est prêt, pas besoin de stresser ou paniquer lorsque la situation se présente. Faire preuve de transparence quant aux défis potentiels vous permettra de gagner la confiance des autres.

Donnez le bon exemple

Une crise peut faire ressortir les côtés les plus improbables d’une personne. Mais en temps de crise, les gens observent souvent leurs dirigeants pour savoir quelle réaction adopter. Si vous démontrez que le servant leadershipfonctionne, vous donnerez vous‑même le bon exemple. Si votre équipe traverse une période difficile, ce sera à vous d’adopter l’attitude et le comportement que vous attendez de ses membres : calme, compassion, gratitude… Cultivez le « nous » plutôt que le « je ».

Équipes autogérées

Les équipes autogérées peuvent constituer une bonne solution dans un environnement en évolution rapide. Comme Steve Jobs l’a joliment formulé : « Embauchez des personnes intelligentes et laissez-les vous dire quoi faire. » Le marché évolue à toute vitesse, et la structure hiérarchique traditionnelle est bien souvent trop pesante pour permettre de l’anticiper. Si votre équipe a les rênes en main, elle sera en mesure de réagir vite, proposer des solutions et innover.

Les avantages

Si vos collaborateurs décident eux-mêmes de la méthode de travail et du planning, ils seront plus impliqués, et donc plus motivés. En outre, ils se mettront moins souvent en arrêt maladie. Enfin, le fait que les membres de l’équipe n’aient pas besoin de passer d’abord par le chef pour résoudre les problèmes permet de gagner du temps, et cette flexibilité débouchera sur une productivité accrue.

Les difficultés

Les gens ont souvent du mal à discuter des erreurs et auront donc tendance à éviter tout conflit, ce qui peut entraîner des problèmes à terme. Un deuxième défi est le manque de compétences spécifiques. Les connaissances présentes au sein d’une équipe doivent concorder, sans quoi il sera compliqué d’assurer une bonne répartition du travail. Les membres de l’équipe doivent donc être suffisamment au courant des forces et faiblesses de chacun. Un troisième écueil est le risque de burn out. Un fort engagement est une bonne chose pour autant que cela n’aille pas trop loin. Enfin, le management aussi doit s’adapter. Lâcher le contrôle et suivre les décisions des équipes sont autant de nouvelles habitudes à intégrer à la culture d’entreprise.

Comment gérer cette façon de travailler en tant que chef d’équipe ?

Le chef d’équipe endosse un rôle de coach. Vous aidez les membres de votre équipe à se développer. Adaptez-vous à la diversité de votre équipe. Certains auront surtout besoin de clarté, tandis que d’autres chercheront une validation. Apprenez aux millennials à s’ouvrir à l’expérience des collègues plus anciens. Stimulez la coopération au sein de l’équipe et encouragez la sincérité en écoutant aussi les choses que vous n’avez pas envie d’entendre. Si vous souhaitez que les membres de votre équipe apprennent de nouvelles choses, discutez avec eux de ce qu’ils ont appris sans les juger sur leurs erreurs, elles font partie du processus. En outre, la vision stratégique demeure importante pour votre équipe ; si elle sait pourquoi ce qu’elle fait est important, elle s’impliquera davantage. Enfin, il est crucial que les responsabilités soient bien claires. Expliquez en quoi consiste précisément cette autonomie acquise.

Sources : mt.com, forbes.com

Envie d’en savoir plus ?

Vous souhaitez renforcer vos compétences en leadership ? C’est possible grâce aux formations People management, Les outils du Manager Coach et Je deviens le chef de mes anciens collègues.

Vous pouvez également opter pour les Formations intra-entreprise ou puiser de l’inspiration sur notre page consacrée au leadership.

Également intéressant pour vous