Lisez plus vite que votre ombre

by Kluwer Learning Team

Apaprememnt, l’odrre des lteters dnas un mot n’a pas torp d’ipmotarnce. Si la permèrie et la deinrère lterte se torvuent à la bnone palce, vuos puvoez lrie la pulprat des mtos snas porbèmle.

Vous reconnaissez les plupart des mots dans ce texte : c’est bizarre ? Pas du tout : votre cerveau ne lit pas les lettres distinctement les unes par les autres, mais lit les mots entiers.

C’est exactement ce que vous pratiquez dans la formation ‘La lecture rapide‘ de Kluwer Formations : reconnaître plus vite des mots et des phrases afin d’augmenter votre vitesse de lecture de façon significative sans remettre en cause ce qu’il faut retenir.

Les rédacteurs de Psychologies Magazine testent régulièrement un cours, une thérapie ou un atelier. C’est ainsi que la rédactrice en chef, Nathalie Willems, a participé à la formation ‘La lecture rapide’, organisée par Kluwer Formations. Elle raconte son expérience:

Lire autrement

Lorsque j’ai suivi le cours Mind Mapping®, en 2013, j’ai été intriguée par un autre cheval de bataille de Tony Buzan : la lecture rapide.  C’est ainsi que j’ai à nouveau rencontré Inge Provost de Kluwer Formations.

La lecture rapide est une technique qui permet non seulement de lire plus rapidement, mais surtout de lire autrement. Son intérêt réside dans le juste équilibre entre la lecture à votre vitesse la plus rapide et la mémorisation d’un maximum d’éléments. L’objectif ne consiste pas à lire rapidement n’importe quel texte. Vous lirez toujours un roman à votre aise, pour vous détendre. Cependant, la technique de lecture rapide permet de déterminer à quel point vous devez vous plonger dans un texte pour en retirer ce dont vous avez besoin. Cette technique convient particulièrement aux personnes qui doivent traiter régulièrement de grandes quantités d’informations (textes de loi, contrats, dossiers administratifs, matière d’enseignement).

Mesure de référence : la lecture rapide

Nous faisons un premier exercice qui consiste uniquement à lire rapidement. Je termine à la troisième place dans un groupe de six, avec un ‘score’ de 387 mots par minute. Nous remplissons ensuite immédiatement un questionnaire sur le texte. Je n’obtiens qu’un score de 50 %, le plus faible de tous les participants. Ce n’est pas une grosse surprise : j’ai toujours su que je pouvais lire vite. Mon problème, c’est la concentration. En plus, je n’ai pas fait l’exercice 100 % correctement, car mon ‘moi’ perfectionniste craignait que je ne me souvienne plus de rien si je lisais vraiment à ma vitesse de pointe. Nous recommençons l’exercice. Ma crainte était fondée. Cette fois, je lis plus de 600 mots par minute, mais je n’ai rien retenu du texte.

Changement de rythme

Ce résultat est dû au facteur de motivation, un facteur parfait pour travailler de façon concentrée sur la base des conseils d’Inge et pour chercher un meilleur équilibre, ainsi qu’un mode de lecture plus ‘adéquat pour le cerveau’. « La plupart des gens ont une vitesse de lecture standard », nous dit Inge, « mais un lecteur rapide change constamment de rythme en fonction de la difficulté du texte ». De ce fait, sa concentration augmente, de même que sa vitesse moyenne.

Différents processus

Un lecteur rapide utilise également plusieurs processus pour assimiler des informations. Dans la phase de pré-traitement, il scanne le texte superficiellement pour savoir de quel genre de texte il s’agit et comprendre sa structure dans les grandes lignes. Au cours de la phase de traitement, il scanne à nouveau le texte, mais cette fois à un rythme variable. Pour terminer, il y a la phase de post-traitement, dans laquelle les informations ont déjà été entièrement traitées et où vous avez choisi ce que vous vouliez retenir du texte. Cette dernière phase est aussi appelée la lecture intelligente. En effet, si vous choisissez à l’avance ce que vous voulez retenir d’un texte, votre cerveau se concentrera davantage sur les éléments concernés et pourra les mémoriser plus facilement.

Créer un contexte adéquat

Les facteurs environnementaux et votre posture physique sont aussi importants si vous voulez lire rapidement. Veillez à ce que votre zone de lecture soit suffisamment éclairée. 45° est l’angle sous lequel vous assimilez le mieux les informations. La distance entre vos yeux et votre support de lecture, quant à elle, est, en moyenne, équivalente à la longueur d’un bras ou 50 cm.

Asseyez-vous droit afin que votre corps soit en état de vigilance. Pour accentuer encore votre concentration, vous pouvez même vous tenir debout, car, dans cette position, votre cerveau est davantage alimenté en oxygène. Enfin, il est intéressant de savoir à quel moment de la journée et de quelle manière vous vous concentrez le mieux.

La reconnaissance des mots

Dans la lecture rapide, il existe un phénomène utile : la reconnaissance des mots. Il consiste, pour votre cerveau, à compléter lui-même le texte lorsqu’il lit un passage qu’il reconnaît.

Apaprememnt, l’odrre des lteters dnas un mot n’a pas torp d’ipmotarnce. Si la permèrie et la deinrère lterte se torvuent à la bnone palce, vuos puvoez lrie la pulprat des mtos snas porbèmle. Clea s’epxliuqe par le fiat que vtore creeavu ne lit pas les letrets ditsintcemnet les uens des atures, mias lit des mtos etierns.

Un art qui s’acquiert avec la pratique

Inge nous demande de nous exercer pendant une vingtaine de minutes, chaque jour, jusqu’à la semaine suivante. Mais mon agenda est tellement rempli que ces exercices en font les frais. Lorsque nous clôturons la formation, une semaine plus tard, après nous être exercés toute une journée, je suis retombée à une vitesse de 386 mots par minute, mais avec une compréhension de 80 %, ce qui me procure une grande satisfaction. Cependant, le résultat le plus remarquable est obtenu par le participant qui s’est exercé à la lecture rapide pendant dix minutes chaque jour. Il a commencé la formation avec une vitesse de lecture de 425 mots par minute et un taux de compréhension de 55 %. Et il termine, après une semaine de pratique, avec pas moins de 690 mots par minute et un taux de compréhension de 70 %.

L’art s’acquiert avec la pratique, c’est clair. Et si vous voulez vraiment ne plus rien oublier, il n’y a qu’une seule règle à suivre, selon Inge : ‘recommencer, recommencer, recommencer’.

Inge ProvostInge Provost est Buzan Licensed Instructor depuis 1999 et peut, à juste titre, se définir comme une ‘entraîneuse du cerveau’, avec pour thèmes principaux : Mind Mapping®, Radiant Thinking™, Lecture rapide et Radiant Presenting.

 

 

Doublez votre vitesse de lecture en 1 jour !
Vous aussi, vous voulez gagner du temps grâce à la technique de lecture rapide ? Vous trouverez ici davantage de détails sur la formation Lecture rapide.

Source : Psychologies Magazine, mars 2014

 

Également intéressant pour vous