Les sept domaines que doivent aujourd’hui maîtriser les contrôleurs

Les sept domaines que doivent aujourd’hui maîtriser les contrôleurs

Numérisation, innovation, nouvelles technologies, psychologie de la décision : en tant que contrôleur, vous devez être au fait des dernières tendances si vous tenez à garder la main. Nos experts ont défini sept domaines qu’un contrôleur doit aujourd’hui maîtriser.

1. Numérisation exponentielle

La transformation numérique contraint votre entreprise à optimiser ses processus pour continuer à répondre aux attentes de vos clients, ce qui a également un impact sur votre rôle. Vos informations doivent être plus fiables et de meilleure qualité. Il vous faut aussi les transmettre à vos supérieurs plus rapidement, de manière sûre et personnalisée.

Ces informations ne se limitent plus aux données purement financières : elles s’étendent aux aspects non financiers. L’analyse des données et les analyses prédictives sont désormais la norme et doivent documenter vos rapports et analyses. Pour vous faciliter la tâche, il est préférable de centraliser ces processus pour les maîtriser plus facilement.

2. Contrôle et planification flexibles (agiles)

L’agilité est un terme très à la mode auquel votre entreprise n’échappe pas. L’évolution extrêmement rapide de votre environnement professionnel vous oblige, vous et votre entreprise, à être agiles. Une entreprise agile et un contrôleur agile savent comment l’entreprise crée de la valeur, sont attentifs aux opportunités et aux menaces et s’intéressent en permanence aux nouvelles tendances du marché (technologies, modèles économiques…). Ils sont ainsi en mesure d’élaborer et de mettre en œuvre de nouvelles stratégies, de commercialiser de nouveaux produits et services et d’adapter leur modèle d’entreprise, rapidement et en souplesse.

Cela ne sera toutefois possible que si vos processus financiers sont fluides, performants et évolutifs et vos analyses documentées par des données indiquant ce qui fonctionne ou non dans l’entreprise. Ce n’est qu’à cette condition que pourrez innover, avancer des conseils stratégiques, limiter les risques et réaffecter constamment vos ressources aux secteurs offrant les meilleurs rendements et les meilleures perspectives. En tant que contrôleur agile, vous disposez de tous les outils pour développer cette flexibilité ou l’agilité de vos processus financiers.

3. Innovation

La tâche d’un contrôleur ne se limite plus à gérer les KPI à court terme et à réduire les dépenses. Les projets à long terme, qui génèrent de nouveaux produits ou services, vous donnent un rôle clé dans la création de valeur ajoutée. Votre entreprise crée cette valeur ajoutée en innovant et en investissant dans de nouveaux développements, que vous ne pouvez limiter aux seules nouvelles technologies.

Offrez aux responsables marketing, collaborateurs de production et dirigeants de votre entreprise l’espace de liberté et de création qui leur permettra d’innover. Il vous faut pour cela connaître votre entreprise par cœur et être en mesure de nouer facilement des collaborations et des partenariats solides avec des partenaires internes et externes (clients, fournisseurs, centres d’expertise…), laisser s’émanciper les talents de votre entreprise et adopter un leadership moins axé sur la hiérarchie.

4. Disruption technologique

Blockchain, biotechnologie, impression 3D, robotique, intelligence artificielle : la liste des nouvelles technologies est quasi infinie. Qu’ont-elles en commun ? Elles progressent très rapidement, ce qui peut déstabiliser votre modèle d’entreprise, et se multiplient de plus en plus vite. En tant que contrôleur, il vous faut connaître les atouts de ces technologies et évaluer ce qu’elles impliquent pour votre entreprise.

Restez en contact avec les hautes écoles et les universités proposant des filières liées à votre domaine d’activité, ainsi qu’avec les sources pertinentes pour votre entreprise. Vous serez parmi les premiers à identifier les signaux annonciateurs d’un changement ou d’une évolution rapide qui pourrait affecter votre entreprise. Vous saurez ainsi prendre la balle au bond, sans risquer d’être pris(e) au dépourvu par l’impact négatif de l’accélération technologique.

5. Psychologie de la décision

Votre tâche prioritaire en tant que contrôleur est de veiller à ce que les dirigeants prennent les bonnes décisions pour l’entreprise sur le plan économique. Ces décisions ne reposent toutefois pas exclusivement sur la raison. En tant que contrôleur, vous devez savoir sur quelle base se prennent les décisions dans votre entreprise et aider votre direction à faire le bon choix en jouant de votre influence positive.

Quelques conseils ? Personne n’appréciant exagérément l’effort mental, n’intégrez pas d’aperçus financiers complexes de vos rapports et joignez-les sous forme d’annexes. Mettez en évidence les points importants pour faciliter la tâche de vos dirigeants et les aider à prendre plus aisément leurs décisions. Pensez à proposer des alternatives : les décisions n’en seront que plus rapides et meilleures. Recueillez des informations venant de l’extérieur, plus fiables que vos seuls angles de vue internes. C’est une excellente manière de mettre en perspective les idées et convictions de votre direction. Demandez conseil à des personnes extérieures pour éviter l’aspect émotionnel qui accompagne et influence ces décisions. Ne perdez jamais de vue que l’avenir est toujours incertain. Par conséquent, n’avancez jamais de prévisions fermes et définitives, mais proposez un éventail de résultats potentiels, positifs comme négatifs.

6. Durabilité

Le monde d’aujourd’hui impose aux entreprises un comportement responsable à l’égard de l’environnement et la société. Les autorités multiplient par ailleurs les règles et les exigences. Si vous faites la sourde oreille, vos clients, vos partenaires et les instances publiques vous en feront payer le prix. Il est aujourd’hui largement prouvé que ces objectifs durables ont une influence positive sur les résultats financiers.

Le rôle d’un contrôleur est de faire comprendre ces enjeux positifs à sa direction en répertoriant les performances sociales et durables de l’entreprise. Comparez par exemple vos émissions de CO2à celles de vos fournisseurs et des fournisseurs d’énergie. Présentez cela comme une opportunité de changement positif en créant de la valeur pour toutes les parties prenantes de l’entreprise.

7. La culture de votre entreprise

Être contrôleur ne vous confère pas le contrôle absolu. Et certainement pas celui de la culture d’entreprise, malgré l’impact majeur que celle-ci a sur le processus décisionnel de vos dirigeants. Une culture dans laquelle la valeur des actionnaires est plus importante que la valeur des clients et du personnel est préjudiciable à la pérennité de l’entreprise.

Cartographier l’ADN de votre entreprise permettra d’avoir une meilleure prise sur sa culture. Votre entreprise est-elle axée processus ou résultats ? L’accent est-il mis sur l’humain ou sur les tâches ? En encourageant l’entreprise à mieux comprendre sa culture et à l’intégrer à ses KPI, vous initierez une transformation culturelle et pourrez influencer positivement les décisions.

Plus d’info?

La formation 'Contrôle de gestion de A à Z' se concentre sur les techniques auxquelles le contrôleur de gestion peut faire appel pour soutenir efficacement les départements fonctionnels et la direction générale.

Le programme couvre de manière équilibrée le contrôle de gestion opérationnel et le contrôle de gestion stratégique, les techniques classiques et des techniques plus récentes.

Également intéressant pour vous