5 erreurs à éviter pour les analystes fonctionnels

by Florence Brusselmans
5 erreurs à éviter pour les analystes fonctionnels

La principale tâche d’un analyste fonctionnel consiste à définir des besoins. Mais cela n’est pas si facile. Les besoins changent ou évoluent en fonction des souhaits des parties prenantes, différentes équipes sont concernées… Gérer tous ces aspects et mener votre projet à bien constituent donc un défi de taille. C’est pourquoi nous listons pour vous 5 situations susceptibles de tourner mal et vous expliquons comment éviter ces écueils.

1. Passer à côté de besoins essentiels

Chaque client veut naturellement que son appli ou logiciel apporte une valeur ajoutée aux utilisateurs, mais il lui est parfois plus difficile d’en déterminer la précision. Le client peut avoir du mal à formuler son objectif ou, pire encore, modifier l’objectif à mi‑chemin du projet. Votre rôle en tant qu’analyste fonctionnel est de définir les besoins fonctionnels et non fonctionnels avant la phase de développement. Définissez clairement le problème et la façon dont vous allez efficacement le résoudre.

2. Désaccord des parties prenantes

Le travail se fait souvent sous pression… toujours plus de pression. Convaincre toutes vos parties prenantes d’assister à plusieurs réunions n’est pas chose aisée. Or, il est essentiel qu’elles vous donnent leur feedback quant aux besoins ainsi que leur accord en début de projet, sans quoi vous risquez de devoir recommencer à zéro à cause de besoins erronés.

3. Laisser perdre des informations utiles

En fonction de l’envergure et de la complexité de votre projet, vous travaillerez avec des (grandes) équipes d’analystes fonctionnels et commerciaux afin de recueillir toutes les informations requises. Si chacun adopte une approche différente ou s’il n’existe aucune cohérence dans la sauvegarde de ces informations, il sera difficile d’en conserver une bonne vue d’ensemble. Assurez-vous donc de travailler d’une manière bien organisée, sans quoi vous risquez de choisir les mauvaises priorités, ce qui aura également un impact sur vos besoins.

4. Trop d’informations

Les besoins exprimés sous la forme de textes interminables ne sont heureusement pas très fréquents. Il est en effet souvent contreproductif d’envoyer de longs textes aux parties prenantes. Cela n’invite pas à la lecture, et si le contenu n’est pas examiné avec attention, cela peut entraîner des confusions. Veillez donc à ce que toutes les parties impliquées dans le projet aient accès à des informations claires et exprimées de façon ‘digeste’.

5. Une mauvaise communication

Si vous souhaitez obtenir le meilleur résultat final possible, vous devez communiquer de façon claire avec toutes les parties impliquées, des développeurs aux utilisateurs finaux en passant par les testeurs. Visualisez les flux de travail et les besoins afin d’être en mesure de mener des conversations bilatérales avec les parties prenantes. Recueillez du feedback et rendez-le accessible à toute personne impliquée dans le processus d’optimisation. Enfin, rationalisez toutes les communications réciproques afin d’empêcher que des informations soient perdues lors du processus.

La solution ? Un prototype !

Utiliser un prototype vous permettra d’éviter ces écueils. Si vous en faites bon usage, un prototype peut jouer un rôle clé dans le bon déroulement de votre projet. Quels en sont les avantages ?

  • Un prototype vous assistera dans la définition des besoins car il vous permettra de visualiser des fonctions spécifiques. En outre, il vous aidera à identifier les besoins manquants et éviter de répéter les mêmes fonctions.
  • Les parties prenantes peuvent aussi se baser sur le prototype pour travailler. Elles auront ainsi une meilleure compréhension des besoins sans perdre de temps dans des réunions.
  • Un prototype fonctionnel peut vous aider à détecter et résoudre les problèmes se présentant en phase initiale, avec à la clé des besoins plus précis.
  • Votre prototype reprend l’ensemble de vos besoins, et vous pouvez facilement en ajouter de nouveaux. Il vous permet donc de travailler de façon organisée.
  • Un prototype fonctionnel est le moyen idéal de communiquer, tant avec le client qu’avec les testeurs et parties prenantes. Vous pouvez y enregistrer du feedback sous forme de commentaires et y visualiser les flux de travail.

Source : businessanalystlearnings.com

Envie d’en savoir plus ?

Envie de franchir une nouvelle étape dans votre carrière d’analyste fonctionnel ? De devenir un(e) expert(e) de votre domaine, des besoins fonctionnels et non fonctionnels aux cas d’utilisation et diagrammes de classe ? Alors la formation Analyse fonctionnelle de A à Z est faite pour vous !

Également intéressant pour vous