L’impact de la legaltech sur la profession juridique

by Daan Vansimpsen
Juridische technologie verandert de invulling van het juridisch beroep

La question de l’avenir de la profession juridique a déjà fait couler beaucoup d’encre. Vous avez entre-temps dû comprendre que les robots ne vont pas prendre votre place. Les logiciels non plus. En revanche, nous observons au sein du secteur une augmentation du nombre de nouveaux postes liés aux services juridiques.

Il est nécessaire de prendre conscience de l’importance de la transition d’une société industrielle utilisant des textes imprimés à une société de l’information dont les ressources sont axées sur internet.

Le recours aux technologies se fait de plus en plus sentir dans la pratique du droit. De la rédaction des documents à la communication d’informations en passant par l’étude des cas, l’ensemble des compétences de la pratique juridique est de plus en plus axé sur les technologies.

À l’avenir, il ne sera plus possible, pour exploiter une entreprise de services juridiques, de vous entourer de conseillers juridiques ou d’avocats appuyés par des assistants juridiques seulement. Il vous faudra former une équipe diversifiée composée d’employés aux compétences complémentaires qui vont au-delà du savoir juridique traditionnel.

Que vous vous intéressiez à d’autres parcours professionnels ou que vous cherchiez à constituer votre prochaine équipe, passons en revue quelques postes du domaine juridique axés sur les technologies !

Legal operations manager

Les opérations juridiques gagnent du terrain dans le secteur. Dans le service juridique d’une entreprise, le responsable des opérations s’occupe de tout sauf du droit. Il s’agit d’un poste multidisciplinaire qui touche aux budgets, aux données, aux technologies, aux ressources humaines et à bien d’autres domaines.

Quiconque a travaillé dans le service juridique d’une entreprise le sait : si les juristes pouvaient se concentrer uniquement sur le droit, ce serait le paradis. Mais tant d’autres aspects les en éloignent : la communication, le recrutement, la mise en place de nouveaux outils… Le service des opérations juridiques est chargé de s’assurer que toutes ces tâches sont effectuées et d’améliorer les processus juridiques pour les rendre plus productifs et rentables.

À l’instar de celle du responsable de projets, la mission du responsable des opérations juridiques consiste à aider les juristes à faire leur travail. En s’occupant des aspects qui ne sont pas liés au droit et empêchent les juristes d’accomplir d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée, il contribue à optimiser l’efficacité des services fournis au sein de l’entreprise.

Legal engineer

À ce poste, vous vous trouvez au carrefour des technologies, du droit et des données. Il implique l’utilisation de méthodes issues de la gestion allégée pour résoudre les problèmes liés aux processus juridiques que rencontrent les équipes internes et les cabinets d’avocats. L’objectif : créer l’entreprise de services juridiques de l’avenir — axée sur les technologies.

Vous êtes probablement insatisfait de l’état actuel de la situation et vous vous demandez s’il est possible de rendre tel ou tel processus plus rapide, plus intelligent, et qui doit y être associé. Vous dialoguez avec les technologues et les juristes pour les aider à se comprendre mutuellement et à travailler à la réalisation d’un objectif commun.

Vous ne courez pas toujours après les technologies les plus récentes. Car la solution consiste parfois à réimplémenter des outils existants, à nettoyer des ensembles de données ou à rendre les données nettoyées d’anciens systèmes accessibles aux systèmes plus récents dotés de capacités améliorées.

La beauté de ce poste, c’est que vous pouvez aussi l’exercer en tant que juriste conseiller juridique ou avocat. Au fond, vous êtes un juriste 2.0, la personne-ressource de votre équipe pour les questions et les suggestions touchant aux solutions technologiques.

Knowledge manager

Ce poste existe depuis longtemps, mais il évolue sous l’influence des technologies. De nos jours, pour diffuser efficacement des contenus par le biais de blogs, de vlogs, de podcasts ou de supports imprimés, il faut être né dans le monde du numérique.

Vu le recours de plus en plus important à de nouveaux outils et le nombre d’informations traitées par voie numérique, en ligne et même dans le cloud, il vous faut un employé chargé de gérer ces nouveaux flux de travail et de transmettre les informations aux bonnes personnes au sein de l’entreprise.

Ce poste très dynamique suppose de travailler en étroite collaboration avec les services marketing et juridique pour élaborer un plan stratégique de diffusion des contenus, promouvoir l’adoption des bonnes pratiques en la matière et dialoguer avec les principaux intervenants. Si vous avez de la chance, vous pouvez même vous associer à un concepteur juridique.

Comme les connaissances englobent également les flux de travail et les processus appliqués dans l’entreprise, le responsable des connaissances peut contribuer activement à renforcer l’efficacité du service et lui faire gagner un temps considérable. Pour ce faire, il vous faut toutefois bien maîtriser les principes de conception des services.

Legal project manager

Comme de plus en plus de personnes sont associées aux opérations, le responsable de projets doit comprendre le processus ainsi que la répartition du travail, mais aussi assurer le suivi des résultats de l’équipe et de chacun de ses membres. Il va de soi que les technologies sont d’une grande aide à cet égard.

Le responsable de projets, qui se concentre sur l’équilibre entre les ressources humaines et le recours aux technologies, met ses compétences au service des prestations fournies. Ce poste nécessite de comprendre les activités dans leur globalité et de gérer les différents intervenants en se concentrant sur le processus plutôt que sur la question juridique en jeu.

Les grandes entreprises recrutent des responsables de projets depuis des dizaines d’années et ont désormais compris l’intérêt qu’ils peuvent avoir dans la prestation de services juridiques. Au fur et à mesure que de nouveaux produits de legaltech apparaissent, nombre de postes vont se créer, ces compétences étant requises en raison de la nature même d’une entreprise de développement de logiciels.

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez le site web de l’International Institute of Legal Project Management.

Legal designer

La conception des informations et les nouvelles façons de représenter les connaissances deviennent un aspect important de la prestation de services juridiques. Si les services juridiques ne recrutent pas encore ce type de profils, c’est en revanche le cas des prestataires de services juridiques alternatifs et de petits cabinets de NewLaw.

Le concepteur juridique n’est pas un technologue, ne travaille pas dans un environnement informatique, mais doit connaître les outils les plus récents et faire preuve de créativité pour diffuser les informations.

À ce poste, vous êtes amené à travailler avec le responsable des connaissances — si une telle fonction existe — à la création de modèles de contenu et à la définition d’une stratégie de prestation des services. Vous l’avez sûrement compris : vous devez être un expert du numérique.

L’innovation dans le secteur juridique va forcer les spécialistes à changer leurs habitudes et à travailler plus efficacement. Et peu importe que vous travailliez au sein d’une grande entreprise ou dans votre propre cabinet : les règles du jeu changent.

Il s’agit au fond d’encourager un état d’esprit axé sur la croissance, les juristes de tous les niveaux devant être à l’aise avec l’idée que leurs connaissances ne cessent de s’élargir et que l’apprentissage n’est pas toujours un processus linéaire.

Voici les compétences nécessaires pour vous armer pour l’avenir :

  • Faire preuve d’ouverture d’esprit
  • Être attentif aux technologies
  • Être orienté client
  • Développer des compétences managériales
  • Avoir du flair commercial

« Tomorrow’s Lawyers » prédit le début d’une période de transformation fondamentale du secteur juridique, qui se transformera à l’avenir en un monde d’entreprises basées sur internet opérant à l’échelle mondiale, de production de documents en ligne, de services marchandisables, d’externalisation des processus juridiques et de pratiques basées sur le web.

Source : https://ethel.eu/2019/05/14/legal-tech-is-changing-the-legal-workforce/

Envie d’en savoir plus ?

Legal Tech est un sujet qui sera abordé pendant le Paralegal Day 2019. Daan Vansimpsen fondateur du legal tech à Gent & design agency Ethel et actif en tant que consultant d’innovations, élaborera Legal Tech pendant la session en néerlandais. En français, Sophie Everarts de Velp, juriste, approfondira ce sujet.

Biografie

Daan Vansimpsen est fondateur du legal tech à Gent & design agency Ethel et actif en tant que consultant d’innovations.

Également intéressant pour vous