Gare à la culture McDonald’s

Nous apprenons 80 % de ce que nous savons de façon informelle. Dans le domaine de la formation, “l’apprentissage sur le tas” est en train de s’imposer comme la tendance du futur. C’est du moins l’avis de Manon Ruijters, qui met également en garde contre la culture McDonald’s. “Ce n’est pas avec un Big Mac que l’on peut gagner un Tour de France.”

Coaching, e-learning, parrainage et accompagnement. Voilà les moyens de formation qui ont le vent en poupe d’après les professionnels RH. Les formations classiques stagnent, mais demeurent une valeur sûre. Les nouvelles méthodes didactiques telles que le gaming et le théâtre en entreprise ne rassemblent que peu de partisans, tant auprès des responsables RH que des collaborateurs. Les formations ’mixtes’, par contre, connaissent un succès grandissant. Telles sont les principales tendances de formation révélées par le Learning Indicator de Kluwer Formations.

 

“La tendance aux méthodes didactiques telles que le coaching et le parrainage n’est pas nouvelle. Même le gaming n’est pas si révolutionnaire en tant que tel”, explique Manon Ruijters. “Il s’agit finalement d’une variante de l’éventail classique de formations. La vraie ‘révolution’ apparaît lorsque l’on se pose la question : « Comment mettre en place l’apprentissage au travail ? » La réponse n’est manifestement pas aussi évidente qu’il n’y paraît.”

 

En effet, nous – et surtout les cadres – nous reposons encore trop souvent sur tout ce qui peut donner des repères, être contrôlé et identifié. “Une formation procure l’agréable illusion que l’on peut, après quelques jours à peine, ajouter une nouvelle compétence à son CV, qu’on a désormais une aptitude en plus. Face à cela, l’apprentissage informel a lieu au cours et tout autour du travail. Cet apprentissage est bien moins facile à structurer, est moins prévisible et n’a pas vraiment de ‘nom’. Il n’en demeure pas moins que, d’après l’enquête, seulement 20 % de ce que nous apprenons est acquis de façon formelle. Toutes les autres connaissances, compétences et notions le sont de façon informelle.”

 

Conception ‘biaisée’ de l’apprentissage

‘L’apprentissage sur le tas’ est en train de s’imposer comme la grande tendance, d’après Manon Ruijters. Si l’on en croit les résultats du Learning Indicator, les collaborateurs semblent séduits par l’idée. 6 collaborateurs sur 10 reconnaissent ainsi apprendre volontiers de collègues ou de supérieurs, ce qui rejoint clairement l’apprentissage informel.

 

Le plus surprenant, c’est que 2 collaborateurs sur 3 restent convaincus par la méthode de formation la plus classique : la collective présentielle. “Le problème, c’est que l’idée que nous nous faisons de l’apprentissage est ‘biaisée’. Jusqu’à l’âge de 4 ans, nous apprenons de toutes les façons imaginables, en observant, en essayant, … Ensuite arrivent les bancs d’école et notre image de l’apprentissage est réduite à une salle de classe avec un prof sur l’estrade.”

 

Toujours selon Manon Ruijters, ce n’est pas un mal en soi. “Moi-même, lorsque je suis confrontée à trop de méthodes didactiques stimulantes, il m’arrive aussi de penser : “Laissez-moi donc écouter”. Il est parfois agréable de se laisser imprégner.”

 

Chaque génération apprend à sa façon

Manon Ruijters s’attend toutefois à voir les tendances didactiques se succéder de plus en plus rapidement à l’avenir. “La génération Y, qui privilégie l’attention et l’accompagnement, apprend d’une façon toute différente de la génération suivante. Cette dernière est principalement en quête d’espace et de liberté, ce qui n’est pas du goût de toutes les organisations.”

 

Une autre tendance identifiée par Manon Ruijters, c’est que tout doit toujours être plus bref, plus rapide et plus ciblé. “La menace de voir naître dans l’apprentissage une sorte de culture McDonalds est bien réelle. C’est un vrai danger. Tout ne peut pas être assimilé en petites portions condensées. Ce qui arrive trop vite n’a pas le temps de s’ancrer dans votre développement.” Manon Ruijters met également en garde contre l’épuisement. “J’appelle cela la fatigue du changement. Les entreprises veulent toujours changer de voie, mais ne tiennent pas assez compte de la façon dont les collaborateurs veulent se familiariser avec les itinéraires pour y parvenir.”

 

Manon Ruijters (NL) est conseillère en développement d’entreprise auprès de Twynstra Gudde (Amersfoort) et lectrice du cours ‘Leidinggeven aan Leren’ (Diriger l’apprentissage) à la Stoas Hogeschool (Ede).

Elle est l’auteur du livre ‘Liefde voor leren’ (Amour de l’apprentissage) et a été intervenante majeure de Meet&Greet 2010, la journée d’information en néerlandais, de Kluwer Formations qui s’est tenue le 14 septembre 2010 à Malines.

Avatar photo

Auteur

NCOI Learning : une équipe d’experts qui apporte aux entreprises et aux professionnels de l’inspiration en apprentissage et développement.

Lire aussi

Nieuws per domein

Les plus lus

Let's connect