Partager ses connaissances : plus que jamais un must

Le partage de connaissances constitue l’une des clés du succès pour les organisations. Isabel De Clercq, de Kluwer Formations, regrette que les travailleurs n’y soient pas davantage encouragés.

“Dans le passé, on pouvait se passer de collaboration et on ne ressentait pas le besoin de voir au-delà des murs de son propre département, prétextant qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Mais cette époque est révolue. Nous évoluons à présent dans un univers complètement différent : la collaboration y revêt aujourd’hui une importance capitale.”

Isabel De Clercq n’y va pas par quatre chemins. Lors du congrès de trois jours organisé par HR Magazine début juin à Paris, elle a démontré avec conviction pourquoi le partage de connaissance est un facteur incontournable de la méthode de travail de demain – que nous devrions d’ailleurs adopter dès aujourd’hui. Au programme de ce congrès : les atouts du réseautage.

 

Flux d’informations
Isabel De Clercq a ainsi expliqué aux 120 professionnels RH très attentifs que les organisations d’aujourd’hui lui font parfois penser à la collection de fossiles des années 1930 qu’elle conserve dans son grenier.

“Tous ces fossiles sont soigneusement classés dans des boîtes d’allumettes. Chacun a la sienne. Et je constate que trop d’organisations abordent encore les connaissances de cette manière. Le savoir-faire est ensilé, rarement partagé.”

“La technologie, le numérique, les médias sociaux et les communautés créent un flux international continu d’informations qui se soucie peu des barrières hiérarchiques.” Isabel regrette dès lors que l’on n’incite pas plus les collaborateurs à suivre ce mouvement.

 

Strong and weak ties
Si l’on en croit l’imprévisibilité du monde des organisations, ce partage de connaissances est une question de survie. “Avant, on pouvait prédire de manière assez précise ce dont une organisation avait exactement besoin pour servir ses clients. Mais ce pronostic est devenu de plus en plus difficile à établir. En cause : la mondialisation, les menaces multiples contre les organisations et le fait que les prévisions classiques ne constituent plus une garantie de survie”, ajoute Isabel De Clercq.

Une bonne façon de réagir à ce phénomène consiste à encourager les gens à réseauter et adhérer à des communautés. Un avis qu’a partagé le professeur Bart Cambré, de l’Antwerp Management School (AMS), lors de son intervention au congrès.

“Il a utilisé le terme de communities with strong and with weak ties”, se souvient Isabel De Clercq. “De nouvelles perspectives se dégagent, même là où les personnes n’entretiennent pas de liens particuliers.”

 

Par le plus heureux des hasards
Isabel souligne l’importance du réseautage en raison de l’acquisition de nouvelles connaissances et perspectives qu’il permet. “Mais aussi de l’accès à des personnes qui se situent déjà à un niveau de la courbe d’apprentissage que vous n’avez peut-être pas encore atteint. S’ils vous apprennent quelque chose, cela vous aidera à faire un pas de géant.”

Le réseautage mène aussi à ce qu’elle appelle joliment un heureux hasard. “Le fait de trouver quelque chose que vous ne cherchiez pas, mais qui peut vous être utile. Les réseaux sociaux constituent un canal idéal en la matière.”

“Garantir la viabilité de cette culture du réseautage au sein des organisations requiert toutefois de la confiance”, déclare-t-elle sans détour. “Chaque membre de l’organisation doit croire en les capacités des autres et être convaincu que chacun a le droit de s’exprimer. En même temps, vous ne devez pas cacher votre vulnérabilité et devez garder à l’esprit que vous ne savez pas toujours tout mieux que les autres, même si vous êtes le chef.”

 

Perméabilité
Le réseautage et le partage de connaissances ne procurent pas uniquement une nouvelle vision aux dirigeants. À terme, c’est toute l’économie qui change de visage. “Nous évoluons vers une ‘open talent economy’ entièrement axée sur l’incitation à l’innovation. L’exemple de l’entreprise technologique IMEC est très révélateur”, affirme Isabel.

“Le flux de connaissances ne s’arrête pas aux limites de l’organisation”, précise-t-elle. “Les organisations sont perméables, ce qui n’est pas nouveau en soi. Cette idée est née avec l’apparition de l’outsourcing school dans les années 1990.”

Isabel pressent en revanche un renforcement soutenu de cette perméabilité. “Une organisation n’est plus seule. C’est un concept suranné.”

 

Push and Pull
Voilà qui nous mène au dernier élément de sa présentation : le passage de la tendance ‘push’ à l’approche ‘pull’, que les organisations effectuent ou devront effectuer. “Auparavant, les collaborateurs étaient retranchés dans des compartiments. Faites tel travail et réalisez telles tâches, un point c’est tout. Si vous n’entriez pas exactement dans ce moule, on poussait et on tirait jusqu’à ce que ce que ça ‘colle’ le plus possible.”

Un grand contraste avec le mouvement de ‘pull’ qu’elle entrevoit pour les entreprises. “L’employeur doit devenir une plate-forme capable d’attirer les gens, et sur laquelle il doit prévoir les possibilités et les moyens pour favoriser une connexion entre les individus. Et d’encourager la collaboration, sur base des talents et forces de chacun, au-delà des limites de l’organisation.”

Les organisations qui se bornent à rebattre les oreilles de leur public avec leur message font partie du passé. “Ce qui compte désormais, c’est d’émettre les bons signaux sur vos activités. Vous créerez ce faisant une ‘social gravity’ susceptible d’attirer tant les travailleurs que les clients”, déclare Isabel.

“La connaissance reste une source de pouvoir”, conclut-elle. ”Mais n’oublions pas que le partage de connaissances rend encore plus puissant.”

 

Isabel De Clercq est Learning Consultant chez Kluwer Formations. Elle est intervenue lors du HRcongres du HR Magazine à Paris. Découvrez sa présentation The future of business is sharing sur SlideShare.

 

Avatar photo

Auteur

NCOI Learning : une équipe d’experts qui apporte aux entreprises et aux professionnels de l’inspiration en apprentissage et développement.

Lire aussi

Nieuws per domein

Les plus lus

Let's connect