« Je n’aurais jamais cru que donner cours en ligne puisse être si interactif ! »

by Gude Verhaert
« Je n’aurais jamais cru que donner cours en ligne puisse être si interactif ! »

Quatre formateurs nous confient leur expérience des classes virtuelles

Pour faire face à la crise du coronavirus, nous avons tous dû faire preuve de créativité, et nous tourner vers des solutions numériques. Si NCOI Learning investissait déjà dans la formation numérique, le mouvement s’est fortement accéléré ces derniers mois. Les formateurs ont dû réinventer leurs cours pour les adapter au format en classe virtuelle. Oubliées, les formations en ligne guindées : la plateforme interactive Vitero se prête aux présentations, aux exercices et au travail en petits groupes. Mais comment nos formateurs ont-ils vécu ce changement d’organisation soudain ? Nous avons demandé à quatre d’entre eux de nous faire part de leur expérience.

Tous les quatre se réjouissaient de pratiquer leur passion : enseigner et partager leurs connaissances. Mais la crise du coronavirus en a décidé autrement. Maurice De Mey, conseiller fiscal et expert en matière d’impôt des personnes physiques, et Nathalie Nimmegeers, senior tax manager chez BNP Paribas, elle aussi experte en matière d’impôt des personnes physiques, ont subitement été contraints de dispenser leur formation dans le cadre du Club Fiscal en ligne. Bart Buelens, conseiller et expert en TVA, a dispensé sa session du Club TVA pour la première fois sur Vitero, de même que Lien Bellinck, experte en droit immobilier chez Loyens& Loeff, pour son séminaire sur les droits réels.

Engagement en ligne

Maurice De Mey n’a pas hésité une seconde à sauter le pas de la formation en ligne. « Je donne cours depuis 40 ans et ma passion n’a jamais faibli », déclare-t-il. « Le passage au numérique était la seule solution pour faire face à cette crise. Et cela m’a permis, dans mon rôle d’expert fiscal, de m’adapter à tous les changements en pleine saison des déclarations. » Bart Buelens s’est également réjoui de l’opportunité offerte par NCOI Learning : « Je me suis engagé pour le Club TVA. Il me paraissait donc important de continuer, même virtuellement. » Vitero est la plateforme idéale pour dispenser des formations en ligne. « Vitero est à mes yeux l’un des meilleurs systèmes », renchérit Nathalie Nimmegeers. « Comparé à d’autres programmes en ligne, Vitero permet une réelle interaction avec les participants. »

Un temps d’adaptation est nécessaire, concède Lien Bellinck. « Je suis plutôt expressive, j’ai besoin d’échanger avec les participants », explique-t-elle. « Il m’a fallu un peu de temps pour maîtriser le système. J’essaie de m’adapter en proposant des exemples pratiques, je résume régulièrement les points d’apprentissage et je fais des pauses au bon moment. Comparées à un webinaire plutôt magistral, les sessions Vitero sont beaucoup plus légères et interactives. Je n’en espérais pas tant. »


Fluidité et interactivité, le tout sans embouteillages

Pour le volet technique, nos quatre formateurs apprécient beaucoup Vitero. « Ce système est très fiable et l’environnement, stable », souligne Bart Buelens. « Grâce à la vidéo et aux avatars, le formateur voit chacun des participants et peut dès lors s’adresser à eux personnellement. » Le soutien d’un modérateur en ligne rassure les formateurs. Mais le principal atout de Vitero est sans conteste l’interactivité. « Ce n’est évidemment pas la même chose qu’une formation présentielle », tempère Nathalie Nimmegeers. « Toutefois, le système est conçu pour que le formateur puisse s’assurer que tous les participants suivent et remarquer s’ils ont des questions. Les participants peuvent également s’exprimer. » Bart Buelens, expert en TVA, se souvient des questions passionnantes formulées lors de sa session. « Pendant ma formation, des questions très concrètes m’ont été posées à propos de mesures spécifiques de lutte contre le coronavirus », explique-t-il. « Par exemple, on m’a demandé s’il était possible de compenser le solde d’un mois dans le report de paiement portant sur la TVA du mois précédent. »

Un avantage remporte l’unanimité auprès des formateurs, celui de la possibilité de travailler sans se déplacer. La formation en ligne permet d’éviter les bouchons, ce qui se traduit en économies de temps et d’argent. « Le numérique offre de multiples possibilités », confirme Maurice De Mey. « À la fin de la formation, je communique mon adresse e-mail aux participants, qui peuvent m’envoyer les questions qu’ils n’ont pas pu poser pendant la session. Beaucoup ont recours à cette possibilité. » Lien Bellinck reçoit elle aussi des questions et des commentaires de ses participants après la formation. « Généralement, les participants me disent que la séance était fluide et interactive. C’est aussi mon ressenti. »

Binge-watcher une formation

La formation en ligne n’a évidemment pas que des avantages. « La fiscalité n’est pas une science exacte, contrairement aux mathématiques », reconnaît Maurice De Mey, expert fiscal. « Les formations présentielles restent la meilleure option, évidemment. C’est aussi moins épuisant pour les participants qui, derrière leur écran, ont vite l’impression de binge-watcher plutôt que d’assister à une formation, même si, évidemment, c’est un peu moins captivant qu’une série Netflix. »

 

Lien Bellinck et Bart Buelens déplorent aussi l’impossibilité de débattre en groupe et d’échanger en direct. « Dans une salle de classe, vous voyez beaucoup plus vite si tout le monde suit », observe Bart Buelens. « Certains participants hochent la tête ou rêvassent, d’autres vous regardent attentivement ou pianotent sur leur téléphone. Très rapidement, vous savez si vos explications sont trop complexes ou ennuyeuses, et vous pouvez rectifier le tir sans tarder. » Lors d’une formation en ligne, les exercices ne vont pas de soi. « Il est en effet impossible d’écrire ou de dessiner rapidement quelque chose au tableau », regrette Nathalie Nimmegeers. « Et même lorsque l’on pose des questions aux participants, c’est très différent en mode virtuel. » Lors d’un cours en ligne, Nathalie Nimmegeers a ainsi reçu une question durant son explication. « Cette question concernait un chapitre que j’avais abordé quelques minutes plus tôt », précise-t-elle. J’ai donc marqué une pause pour lire la question. Les autres participants, qui ne pouvaient pas voir la question, se sont demandé ce qu’il se passait. J’en ai perdu le fil de mes explications. Dans une formation présentielle, l’interaction s’enchaîne de façon plus structurée et naturelle à la fois. »

L’avenir de l’apprentissage en ligne et hors ligne

Nos quatre formateurs sont impatients de donner à nouveau cours dans un vrai local. « Vitero est une solution de secours fantastique », déclare Maurice De Mey. « Mais je ne pense pas que nous passerons totalement au virtuel. Pour les exercices pratiques, par exemple, l’interaction qu’offre la proximité avec les participants est indispensable. » Il entrevoit toutefois des possibilités d’opter pour le format numérique pour les cours du soir. « Les participants ne devraient plus se déplacer tard le soir et pourraient suivre la théorie à la maison. Et se détendre dans leur canapé dès la fin de la session. »

Bart Buelens ne rejette pas non plus l’idée de poursuivre les classes virtuelles, même s’il privilégie les sessions présentielles pour son Club TVA. « J’ai hâte de retrouver les participants », souligne-t-il. « Ils sont notre moteur. Il y a plus de contacts, on transmet plus facilement ses connaissances et on apprend aussi constamment à leur contact. Avec Vitero, vous pouvez aussi inviter les participants à poser leurs questions, mais c’est différent. Dans une salle de classe, les participants hésitent moins à demander quelque chose ou à venir me parler pendant la pause. C’est une plus-value non négligeable. »

Pour Lien Bellinck et Nathalie Nimmegeers, la solution parfaite serait d’allier formations en ligne et hors ligne. « Les formations brèves et un peu plus théoriques pourraient tout à fait être dispensées en ligne », estime Nathalie Nimmegeers. « Cela dépend bien sûr du profil du formateur. Personnellement, j’ai besoin de contacts humains et d’interactivité. Mais dans certains cas, dispenser et suivre une formation virtuelle peut se révéler très pratique. J’espère que dans ce cas, les participants seront plus souples à l’égard du formateur, car le contexte n’est évidemment pas le même. » Pour Lien Bellinck, ne pas devoir se déplacer systématiquement est un avantage. « Après une longue journée d’étude, rester bloqué dans les embouteillages pour rentrer chez soi est épuisant, pour les formateurs comme pour les participants. C’est aussi pour cette raison que plus personne n’a envie de venir à la capitale. Pour compenser, nous pourrions soulager les participants en choisissant nos horaires de formation de manière stratégique ou en dispensant le cours en ligne. Dans cette optique, il me semble que la combinaison du virtuel et du présentiel est une bonne
solution. »

Découvrez nos solutions numériques

Découvrez ici notre offre complète de formations numériques.

  • Quels avantages des formations en ligne vous parlent le plus ? Rangez-les du haut vers le bas en cliquant sur les petites flèches.

Biographie

Lien Bellinck dispose d’une solide expérience et de vastes connaissances en droit immobilier, droit des baux, droit de la construction et droit des contrats immobiliers. Elle assiste les investisseurs immobiliers et les développeurs en matière de conseil, de transactions et de litiges. Elle est l’auteur de diverses publications et donne des séminaires dans le domaine du droit immobilier.

Bart Buelens est le fondateur de VAT Consult (vat-consult.be), une société qui conseille les entreprises et les experts-comptables et les assiste en cas de litiges en matière de TVA. Il enseigne la TVA à l’UCLL et à la Fiscale Hogeschool, et est un orateur plébiscité dans les séminaires sur la TVA. Bart Buelens est membre de la rédaction centrale d’Actualité fiscale (Wolters Kluwer).

Nathalie Nimmegeers est Senior Tax Advisor au sein de BNP Paribas Fortis.

Maurice De Mey est conseil fiscal. Il enseigne l’impôt de personnes physiques à la Fiscale Hogeschool (Bruxelles) et intervient régulièrement comme orateur à divers séminaires fiscaux. Il collabore également en tant qu’auteur à diverses publications qui font autorité en matière fiscale.

Également intéressant pour vous